La souffrance au travail

Avez-vous déjà souffert d’une façon prolongée de votre travail ? Par un manque de reconnaissance alors que vous donnez beaucoup de vous-même ? Par des collègues ou un patron malveillant ? Cela vous a-t-il conduit à un burn-out ? un bore out ? un brown out ?

La souffrance au travail est de plus en plus fréquente : avec la pression des chiffres, un rythme effréné, le tout tout-de-suite, des supérieurs qui fonctionnent plus au bâton qu’à la carotte, la déshumanisation des relations au travail…

Et si suite à votre souffrance vous avez dû être en arrêt de travail, alors vous connaissez peut-être les regards méprisants des collègues et la culpabilité « de les avoir laissé dans la merde ». Parce que plutôt que d’en vouloir au patron de ne pas vous remplacer, il est plus facile d’en vouloir au collègue manquant qui a eu besoin de protéger sa santé.

Savez-vous que sur les fronts de guerre, les blessés sont jalousés ? Parce qu’ils ont la « chance » de quitter le champs de bataille … Tellement la pression est forte, on en revient à des instincts de survie primitif. C’est exactement ce qui peut se passer lorsque vous êtes en arrêt de travail.

Et la dé-pression dont on a besoin pour se sortir de là est encore un sujet très tabou et stigmatisé, souvent non reconnu par nos collègues et parfois même notre entourage.

Je vous rassure, ce que vous vivez n’est pas « normal » et il est important de faire attention à ce que cela ne le devienne pas. Il n’est pas normal de mal vivre son travail, de donner plus qu’on ne reçoit, d’être méprisé, maltraité psychologiquement.

Revoyez vos priorités, préservez votre santé ! Après un burn-out, aucun retour en arrière n’est possible suite a l’usure prématurée de votre cerveau : vous ne pourrez plus jamais retrouver vos capacités antérieures.

Et n’hésitez pas, militez ! Ne laisser pas des situations comme la vôtre devenir la normalité !

Prenez soin de vous

Comments

  1. Maud says:

    Il y a tant de choses à dire sur la santé mentale et le bien-être. Une source inépuisable d’échanges à ce sujet est possible.
    Merci pour cet engagement et le partage, qui aidera, j’en suis sûr, de nombreuses personnes dans leurs moments de plénitude ou de grande destruction-reconstruction.

    Au plaisir de vous lire encore et encore

  2. Alice says:

    Merci pour ces informations, déscriptions,précisions. Elles permettent de se situer et de pouvoir mettre des mots sur un ressenti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *