La souffrance au travail

Avez-vous déjà souffert d’une façon prolongée de votre travail ? Par un manque de reconnaissance alors que vous donnez beaucoup de vous-même ? Par des collègues ou un patron malveillant ? Cela vous a-t-il conduit à un burn-out ? un bore out ? un brown out ?

La souffrance au travail est de plus en plus fréquente : avec la pression des chiffres, un rythme effréné, le tout tout-de-suite, des supérieurs qui fonctionnent plus au bâton qu’à la carotte, la déshumanisation des relations au travail…

Et si suite à votre souffrance vous avez dû être en arrêt de travail, alors vous connaissez peut-être les regards méprisants des collègues et la culpabilité « de les avoir laissé dans la merde ». Parce que plutôt que d’en vouloir au patron de ne pas vous remplacer, il est plus facile d’en vouloir au collègue manquant qui a eu besoin de protéger sa santé.

Savez-vous que sur les fronts de guerre, les blessés sont jalousés ? Parce qu’ils ont la « chance » de quitter le champs de bataille … Tellement la pression est forte, on en revient à des instincts de survie primitif. C’est exactement ce qui peut se passer lorsque vous êtes en arrêt de travail.

Et la dé-pression dont on a besoin pour se sortir de là est encore un sujet très tabou et stigmatisé, souvent non reconnu par nos collègues et parfois même notre entourage.

Je vous rassure, ce que vous vivez n’est pas « normal » et il est important de faire attention à ce que cela ne le devienne pas. Il n’est pas normal de mal vivre son travail, de donner plus qu’on ne reçoit, d’être méprisé, maltraité psychologiquement.

Revoyez vos priorités, préservez votre santé ! Après un burn-out, aucun retour en arrière n’est possible suite a l’usure prématurée de votre cerveau : vous ne pourrez plus jamais retrouver vos capacités antérieures.

Et n’hésitez pas, militez ! Ne laisser pas des situations comme la vôtre devenir la normalité !

Prenez soin de vous

L’amour ou la peur

Tout action entreprise par les êtres humains est fondée soit sur l’amour, soit sur la peur, et cela ne se limite pas aux relations personnelles.

Les décisions qui affectent le commerce , l’industrie, la politique, la religion, l’éducation des enfants, les objectifs économiques de notre société, les choix concernant la guerre, la paix, l’attaque, la défense, l’agression, la soumission, la décision de convoiter ou de donner, d’épargner ou de partager, d’unir ou de diviser, chacun des choix que vous faites librement vient de l’une des deux seules pensées possibles : une pensée d’amour ou une pensée de peur.

  • La peur est l’énergie qui contracte, referme, attire, court, cache, entasse et blesse.
  • L’amour est l’énergie qui s’étend, s’ouvre, envoie, reste, révèle, partage et guérit.
  • La peur enveloppe nos corps dans les vêtements, l’amour nous permet de rester nus.
  • La peur s’accroche et se cramponne à tout ce que nous avons, l’amour donne tout ce que nous avons.
  • La peur retient, l’amour chérit.
  • La peur empoigne, l’amour lâche prise.
  • La peur laisse de la rancœur, l’amour soulage.
  • La peur attaque, l’amour répare.

C’est souvent la peur qui l’emporte le plus souvent car on nous a enseigné à vivre dans la peur. On nous a parlé de la survie du plus fort, de la victoire du plus puissant et du succès du plus habile. On parle rarement de la gloire du plus aimant…

Voici les répercussions de ces deux états dans notre quotidien :

  • La peur est un état d’aveuglement et d’automatisme. Elle est conditionnée par le passé ou la projection d’un manque futur : elle n’est rien, c’est une invention du mental. Nous vivons dans une peur constante, emprisonnés dans nos habitudes conditionnées par notre passé.
  • L’amour est un état de conscience, d’infini et de lien. L’amour ne s’exprime que dans le présent, il a tout à offrir. Se plonger dans un état d’amour permet de se délivrer des énergies bloquées qui sont à l’origine de beaucoup de maladies

Chaque pensée, parole ou action humaine est fondée par l’une ou l’autre émotion. Vous n’avez aucun choix à cet égard car il n’y a pas d’autre choix. Mais vous êtes libre de choisir entre les deux.

Être en lien avec ce qui nous entoure peut modifier le comportement de nos cellules et libérer des hormones secrétées par le cerveau, responsable de notre bien-être.

En avoir conscience, c’est déjà un premier pas vers le changement …

affirmation de soi amour de soi anxiété au travail bien-être burn-out burn out dépression d"épuisement dépression d'épuisement développement personnel environnement toxique estime de soi historique du burn out mieux-être psychoclinicienne psychologie positive souffrance au travail stress stress chronique TCC vulnérabilité éducation thérapeutique épanouissement