Historique du Burn Out

Le terme de Burn-Out est né en 1974 grâce à Herbert Freudenberger (psychologue Américain) et signifie consumation totale.

Mr Freudenberger utilise le terme de « Burn Out » comme une métaphore de l’état de ses patients : « Ils sont tellement épuisés par leur travail qu’ils sont comme brûlés de l’intérieur. Je me suis rendu compte que les gens sont parfois victimes d’incendie, tout comme les immeubles. Sous la tension produite par la vie dans notre monde complexe, leurs ressources internes en viennent à se consommer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur, même si l’enveloppe externe semble plus ou moins intacte ».

Voici la définition qu’il en donne : C’est un syndrome d’épuisement des ressources physiques et psychiques lié à un investissement professionnel important.

Dans un premier temps, le terme de Burn Out concerne uniquement les professions d’aide à cause des exigences émotionnelles importantes (enjeu élevé de la relation à l’autre).

Au milieu des années 90, le terme de Burn Out s’étend aux autres professions pour leur investissement prolongé et intense dans des situations émotionnellement exigeantes. 

Puis l’INRS (institut national de recherche et de statistique) donne une nouvelle définition du Burn Out : Syndrome d’épuisement professionnel et ensemble de réactions consécutives à des situations de stress professionnels et chroniques. 

  • Le Burn out couvre un large spectre qui va d’une fatigue intense à une pathologie de type dépression d’épuisement, en désignant à la fois les causes et les symptômes. 
  • Le point commun entre la diversité des travailleurs est leur fort engagement personnel au travail.
  • Le Burn out est alors défini comme un état d’épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail émotionnellement exigeantes.

Par la suite différentes formes d’épuisement professionnel ont été décrites : 

  • Le burn-out provient de to burn out : s’éteindre, s’arrêter par manque de carburant, d’énergie
  • Le bore-out vient de to bore : ennuyer, auquel on a ajouté le suffixe -out par référence au burn-out
  • Le brown-out quant à lui est un emprunt au vocabulaire de l’énergie. En anglais un brown-out désigne le fait de baisser, volontairement ou non, l’intensité électrique afin d’éviter la surchauffe. Le rapport avec la perte de sens réside ici dans la baisse d’énergie et d’engagement que la pathologie du brown-out provoque.